Nouvelle filière maritime : les navires marchands à voile

08/06/2022 0 Commentaires

Le transport maritime est responsable de 7 % de la consommation mondiale de pétrole et de 3 % des émissions de carbone. Pourtant, ce mode de transport est indispensable à nos sociétés, pour acheminer de nombreux produits depuis l'autre bout du monde. Alors quelles alternatives? Quelques sociétés se sont penchées sur la question, et développent des solutions innovantes pour réduire l'impact du fret maritime. Parmi ces options, les cargos à voile, qui permettent de limiter l'usage des moteurs, et de réaliser une économie de 20% à 40% de carburant.

Grain de Sail, voici le nom du premier voilier cargo moderne normé marine marchande internationale.  L'entreprise bretonne, créée et dirigée par Olivier et Jacques Barreau, est pionnière dans le domaine. Ses dirigeants espèrent ouvrir la voie à un nouveau mode de transport maritime, plus respectueux des océans.

Le voilier cargo développé par l'entreprise à une capacité d’emport de 50 tonnes, et une longueur de 24 mètres. Monocoque concu en aluminium, un composant solide, léger et recyclable, Grain de Sail transporte 10 000 à 20 000 bouteilles de vin biologique jusqu’à New York, puis du matériel humanitaire est livré dans les Caraïbes, où la cale est chargée de café et de cacao avant le retour à Saint-Malo ou à Brest. L’entreprise morlaisienne vient de passer commande d’un nouveau voilier d’une capacité de 350 tonnes, qui sera mis à l’eau en 2023.


Une filière en plein essor

  • 61 entreprises déjà présentes dans la voile, 150 d’ici à cinq ans
  • 155 emplois
  • 28 millions d’euros de chiffre d’affaires
  • 45 % de la flotte mondiale pourraient utiliser la voile en 2050*
 La propulsion vélique permettrait de réduire de 5 à 20 % les émissions de gaz à effet de serre de navires déjà en circulation, par réaménagement, et de 30 % celles des nouveaux navires en construction. Le renouveau de ce type de propulsion est également une opportunité pour les territoires de se réindustrialiser.


Une solution écologique avec des limites

La propulsion vélique n'est pas sans limite. « On ne peut pas transporter à la fois très rapidement, pour pas cher et être écologique, commente Nils Joyeux, le P-DG de Zéphyr & Borée, une autre compagnie de transport maritime à la voile. Pour aller au-dessus de 17 nœuds, la voile est inutile. » Pour réduire l'impact du transport maritime sur le climat, il faudra accepter des « compromis de productivité », comme réduire la vitesse ou le poids des navires. Des compromis somme toute acceptables, au regard des bénéfices environnementaux.

Les navires de demain seront donc à voiles, et ce mode de transport que l'on attribuait au passé du transport maritime, est désormais son avenir. 


*Sources : Bretagne Développement Innovation 2021 ; Ministère des transports du Royaume-Uni, 2019
Autres sources : 
https://www.geo.fr/environnement/les-cargos-a-voile-sont-ils-lavenir-du-transport-maritime-207046
https://graindesail.com/fr/content/14-notre-voilier-cargo-grain-de-sail
https://www.usinenouvelle.com/article/en-bretagne-la-transition-ecologique-donne-un-nouvel-elan-a-la-filiere-voile.N1993537

https://www.actu-environnement.com/ae/news/propulsion-navires-vent-livre-blanc-wind-ship-39010.php4#:~:text=Selon%20les%20donn%C3%A9es%20r%C3%A9unies%20par,des%20nouveaux%20navires%20en%20construction.

Crédit photo : Grain de Sail
 

Laisser un commentaire

Rechercher

Usamos cookies para optimizar nuestro sitio web y nuestros servicios. Aceptar Rechazar Más información